Elisabeth Jaquin

Elisabeth Jaquin
Tout est possible

Plus de 25 ans chez France Défi, et pas l’ombre d’un doute. « Je ne me suis pas ennuyée une seule fois ! Aucune année n’a ressemblé à la précédente, ni d’ailleurs à la suivante », sourit Élisabeth Jaquin, Secrétaire Général de France Défi.

Et pourtant, rien ne destinait la pétillante quinquagénaire à une telle stabilité, ni à ce rôle central dans le groupement France Défi qui lui confère de multiples casquettes : animer, coordonner, initier, pousser, bousculer, mesurer… « Au début, je voulais être avocat, mais je me suis rapidement ennuyée à Assas ». Aussi, alors qu’elle terminait son DESS – car il faut toujours aller au bout des choses – elle rencontre des représentants de la Compagnie des commissaires aux comptes qui cherchaient des profils plus juridiques. « Cela laissait entrevoir un métier plus utile, plus concret », explique-t-elle. Dès lors elle envoie son CV… Puis elle se laisse convaincre par, Jean-Marcel Denis qui la prend sous son aile et l’emmène sur des missions d’audit dans de prestigieuses enseignes. De fil en aiguille, elle passe toute les étapes de la formation et sort major de promo en 1988 en multipliant les singularités : « J’étais le plus jeune CAC de France ! une fille ! et je n’étais pas expert-comptable… »

La force du collectif et de la passion partagée

Un an plus tard, René Ricol « m’invite au restaurant Le Daru… Il me propose de tout plaquer pour participer à l’aventure France Défi, sans vraiment m’en préciser les contours, et me donne deux jours pour décider ! » La nouveauté, le caractère entrepreneurial et surtout le charisme de René Ricol la convainquent de s’échapper d’un cadre trop lisse et trop prévisible à son goût. « Ensuite cela a été très vite, il y avait tout à construire, tout à inventer. Nous avons travaillé intensément, parce que nous voulions relever le défi lancé par René. Et cela en valait la peine : nous sommes parvenus à faire des choses extraordinaires, au sens premier du terme. » Une réussite qui prouve la force du collectif et de la passion partagée. Et Élisabeth de l’illustrer avec « une citation de Mark Twain qui nous correspond vraiment “ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait” ».

« Chez France Défi, le changement c’est tout le temps »

Et maintenant ? Cette boulimique de nouveauté, de réalisations tangibles et de partage humain, vit toujours France Défi avec la même intensité. « Pour trois raisons. La première, c’est que chez France Défi le changement c’est tout le temps. Ensuite j’adore être utile, rendre service, trouver les solutions. Enfin, mon carburant, c’est l’humain, le relationnel ». Et à ce titre elle est servie : au centre de l’organisation, elle incarne le lien entre le groupement et ses membres. « Ma mission, c’est de défendre les intérêts des cabinets membres et d’être moteur dans la réalisation du plan d’action qu’ils ont voté. D’ailleurs, je ne suis pas toujours assez diplomate, ni politique…». Mais ce qui est sûr c’est qu’elle s’investit pleinement, qu’il s’agisse de dénicher et tester un levier d’innovation technique, d’animer un groupe de travail ou de mettre l’ambiance dans une soirée, fardée de paillettes. « Le sens du service, c’est une vraie nature. Cela me vient certainement de ma mère, et de mon expérience à ses côtés dans son salon de coiffure quand j’étais adolescente».

Elisabeth incarne et défend les valeurs de partage, de respect mutuel et de solidarité qui définissent l’esprit du Groupement France Défi. Son vœu désormais ? « Que les nouvelles générations de France Défi partagent cet humanisme et ces valeurs ».