TOUT SE LOUE !

TOUT SE LOUE !

Publié le 1 octobre 2015

Il fut un temps, pas si lointain, où le publicitaire devenu auteur, Frédéric Beigbeder, martelait « Tout s’achète : l’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi ».

Alain Cheval Expert-comptable commissaire aux comptes et président de France Défi

Il fut un temps, pas si lointain, où le publicitaire devenu auteur, Frédéric Beigbeder, martelait : « Tout s’achète : l’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi ».  
Désormais, il ajouterait sans doute « tout se loue ». Car le phénomène va bien au-delà de la voiture ou de l’appartement loué pendant les vacances, il a gagné le monde de l’entreprise. Le fameux B to B. Les licences de logiciels se commercialisent désormais sur le cloud, pour un temps ou une consommation définie ; la photocopieuse est facturée à la quantité de copies réalisées. Plus étonnant, les pneus des poids lourds se louent au kilomètre parcouru ; et vous pouvez utiliser certaines plateformes de gestion logistique de géants américains en les négociant au mois….
En développant ces systèmes florissants, Adobe, Microsoft, Xerox, Amazon ou Michelin ne font pas œuvre de bienfaisance, et militent encore moins pour l’écologie ou la décroissance. Ils ont pris les devants sur l’évolution de nos modes de consommation, et s’offrent un excellent moyen de connaître les usages de leurs clients, tout en les fidélisant.
Pour nous, PME, difficile de rivaliser, car le business model se joue sur le long terme. Il faudrait être un géant, largement soutenu par les banques, pour envisager développer une telle activité. En revanche, côté « acheteur », le concept est séduisant. Pas forcément moins onéreux, mais pratique et assurément moins risqué qu’un lourd investissement. Reste néanmoins à vérifier ce qui restera à l’actif de l’entreprise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Dans la même rubrique